Séance n° 6 – 11 avril 2014 : Emmanuelle Zolesio

zolesio-386ecPour cette avant dernière séance annuelle du séminaire « Actualité des études de genre », nous avons reçu Emmanuelle Zolesio (Acté, Université Blaise Pascal) dont l’intervention était intitulée « Genre et approche dispositionnaliste. Aspects théoriques et méthodologiques à travers l’étude des femmes chirurgiens ».

Résumé de la séance :

L’objectif de cette séance sera de présenter comment l’approche dispositionnaliste traite la question du genre, tant théoriquement qu’empiriquement. Il s’agira notamment de développer quelques aspects présentés dans un article dans la revue Interrogations qui s’intitulait « Dispositions masculines, dispositions féminines ». Cet article se penchait sur les usages de la notion de « disposition » notamment dans le cadre des dispositions sexuées et invitait à la rigueur pour que cette expression ne devienne pas rapidement une coquille vide. L’emploi des guillemets pour parler de dispositions « masculines » ou « féminines » nous semble indispensable pour éviter de naturaliser la notion et pour rappeler qu’il s’agit bien de dispositions socialement construites comme féminines ou masculines. Il s’agissait ainsi d’inviter à objectiver le plus finement possible le type de dispositions auquel on a affaire et à les nommer. Cet article avait donc pour but de donner quelques fondements pratiques pour les étudiants quant à l’analyse des dispositions genrées – concept clé de l’approche dispositionnaliste. Il s’agira en outre dans cette présentation de présenter les grands auteurs qui développent la question du genre dans une approche dispositionnaliste et d’en illustrer le propose à partir de la recherche menée sur les femmes chirurgiens, publiée aux PUR en 2012.

L’article en question est disponible à l’adresse suivante :

http://www.revue-interrogations.org/Dispositions-feminines

 

Séance n° 5 – 21 mars : Julie Canovas, « L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones »

La prochaine séance du séminaire Actualité des études de genre aura lieu vendredi 21 mars. Nous recevons à cette occasion Julie Canovas (CREDESPO, UB) dont l’intervention porte sur :
L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones : au-delà des dualismes et des rapports de domination.

Résumé :

La multiplication des travaux relatifs aux liens unissant les mouvements écoféministes et autochtones met en lumière l’émergence d’une épistémologie alternative fondée sur la remise en cause des postulats de la rationalité occidentale à l’origine du processus d’oppression des femmes et de destruction de la Nature. A partir du constat suivant, posé par le philosophe Carlos Lenkersdorf, « la logique, les modes de pensée et d’argumentation ont des limites et ne sont pas universels, comme nous le pensions auparavant », certains courants écoféministes vont proposer d’autres principes liés à une conception du monde différente de celle adoptée par l’ordre mondial actuel. Dans ce processus, déconstruire le système de pensée dualistique s’avère primordial pour les écoféministes afin d’introduire d’autres modalités de la connaissance, reposant sur la compatibilité, voire la complémentarité, au lieu de l’opposition. Cette dynamique implique de cibler la dialectique hiérarchisation-domination omniprésente et intériorisée comme le principal mode de perception de l’altérité au sein du système dominant. L’articulation entre les mouvements écoféministes et autochtones, unis par une approche holistique, s’avère essentielle afin de souligner la convergence de l’ensemble de ces acteurs autour d’une logique écocentrée fondée sur les notions de responsabilité, de réciprocité, de « care » et de « bien vivre ».

Le séminaire se déroule à la MSH de Dijon, salle des séminaires (RDC), de 10h à 12 h. L’entrée est libre.

Séance n° 4 – 21 février : Ludovic Gaussot, Les sciences sociales au prisme du genre

Vendredi 21 février 2014, nous avons reçu Ludovic Gaussot qui nous a présenté ses récents travaux consacrés au genre dans les sciences sociales.

Un ouvrage consacré au sujet, issu de son HDR, paraîtra d’ici quelques semaines aux Presses universitaires de Rennes.

Vous pouvez retrouver son intervention ici :

Séance n° 3 : Natacha Chetcuti – Égalité des genres, émancipation sexuelle et conflit des interprétations du principe de laïcité en France

Vendredi 17 janvier, nous avons reçu Natacha Chetcuti (post-doctorante GTM-CRESPPA). Son intervention a porté sur une étude en cours, consacrée aux représentations de la laïcité dans les mouvements féministes contemporains.

Ci-dessous son intervention en intégralité :

Séance n° 2 : Marie Duru-Bellat – La notion d’identité de genre à l’épreuve de la mixité

La séance du 20 décembre a été consacrée à la question du système scolaire. Marie Duru-Bellat a présenté un bilan des travaux sur les effets du genre en contexte de mixité, avant de mettre à l’épreuve la notion d' »identité de genre ».

« On demande aux filles de courir en gardant des talons »

Vous retrouverez ci-dessous les principales références utilisées pour l’intervention :

  • Marie Duru-Bellat, « Ce que la mixité fait aux élèves », Revue de l’OFCE, n° 114, 2010/3 Lien ici : REOF_114_0197
  • Marie Duru-Bellat, « L’école sexiste par abstention. Production/reproduction des stéréotypes sexués: quelle responsabilité de l’école mixte ? » in Sandrine Dauphin et Réjane Sénac (dir.), Femmes-hommes. Penser l’égalité, Paris, La Documentation française, 2012.
  • Marie Duru-Bellat, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 2004 (1990).

Le fichier audio de l’intervention sera disponible prochainement. Il fera l’objet d’une des émissions de sociologie sur Radio Campus.

 

 

Actualité des études de genre

Les études de genre

Depuis quelques années, les études de genre connaissent un essor remarquable. Elles se déploient dans des perspectives variées (le genre comme variable,comme objet d’étude, comme concept permettant d’appréhender les rapports entre hommes et femmes) dont les nuances peuvent parfois être difficiles à saisir. En quoi consistent les études de genre ? Quels intérêts scientifiques présentent-elles ? Quelles sont les orientations actuelles de cette perspective de recherche ? Ce séminaire apporte des éléments de réponse à ces questions à partir d’études récentes réalisées sur le sujet. Public, il s’adresse à toute personne intéressée par cette perspective de recherche.