Appel à contribution 2014-2015

Appel à contribution

« Le genre : réceptions et appropriations d’une perspective de recherche »

Séminaire « Actualité des études de genre » (2014-2015)

Université de Bourgogne

Centre Georges Chevrier (UMR CNRS 7366)

MSH de Dijon

 

Date limite de l’appel : le 15 juillet 2014

 

La deuxième année du séminaire « Actualité des études de genre » (2014-2015) sera consacrée aux usages du genre. Dans ce cadre, les organisateurs lancent un appel à contribution.

 

Les propositions de communication pourront aborder l’introduction du genre dans la recherche académique française. Quels sont les effets de cette perspective sur les études menées et l’organisation des recherches ?

 

Alors que les études de genre commencent à se développer de manière significative en sciences humaines et sociales, qu’en est-il dans les autres sciences, en particulier dans les sciences dures ? Comment cette perspective est-elle introduite dans ces disciplines ? Quels sont les obstacles à son développement ?

 

Les propositions s’appuyant sur des comparaisons internationales seront valorisées : où se situe la France en matière d’études de genre, par rapport à d’autres pays ? Si ces recherches sont particulièrement développées dans l’aire anglo-saxonne, comment se développent-elle en Europe et ailleurs ? Quelles sont les définitions et les angles d’approche privilégiés selon les contextes nationaux ?

 

On s’interrogera également sur les perfectionnements et approfondissements à apporter aux perspectives de genre. Contre une vision irénique de la démarche et dans un souci d’objectivation, il s’agira de se demander ce que permet le genre et ce qu’il ne permet pas. Quelles sont les limites et précautions à prendre pour mener une recherche sous l’angle du genre ? Quels sont les compléments et prolongements théoriques et empiriques possibles pour cette perspective ?

 

Les retours réflexifs sur des terrains de recherche pourront être mobilisés. Plus largement, l’objectif est d’explorer des dimensions du genre qui restent à développer.

————

 

Les propositions de contribution fondées sur des corpus théoriques et/ou empiriques comprendront un résumé d’une page maximum (environ 3 000 signes, espaces compris) et une courte présentation de l’auteur (statut, institutions de rattachement, principales publications). Elles sont à adresser aux deux organisateurs avant le 15 juillet 2014 aux adresses suivantes :

 

mnavarre@laposte.net

g.ubbiali@free.fr

 

Les résumés seront examinés par les organisateurs. Ils avertiront les auteurs des propositions retenues fin juillet 2014.

 

Les contributeurs s’engagent à présenter leur texte dans le cadre du séminaire 2014-2015. La présentation permettra de vérifier l’adéquation entre la proposition initiale et le texte final. Elle offre l’opportunité de confronter les propositions de texte à un public académique et de professionnels. Le séminaire se déroule le vendredi, de 10 h à 12 h à la MSH de Dijon. Le calendrier sera communiqué ultérieurement.

 

Les contributeurs s’engagent également à proposer des textes inédits en vue d’une publication des actes du séminaire sous forme de numéro de revue ou d’ouvrage collectif, courant 2016. Un comité scientifique sera constitué ad hoc.

 

L’acceptation de la contribution ne signifie pas qu’elle sera obligatoirement retenue pour publication. Les auteurs pourront être amenés à retravailler leur proposition entre ces deux étapes.

 

Contacts :

 

Maud Navarre (CGC – UB) mnavarre@laposte.net

Georges Ubbiali (CGC – UB) g.ubbiali@free.fr

Carnet du séminaire : www.actugenre.hypotheses.org

 

 

Séminaire Actualité des études de genre 23 mai

Pochic Portrait VertPour cette dernière séance, nous recevons Sophie Pochic qui interviendra sur le sujet « L’égalité professionnelle en restructurations ».

Présentation de l’intervention :

Alors qu’en France, les entreprises s’étaient peu investies sur l’égalité professionnelle de 1983, la loi Roudy étant demeurée largement une loi « symbolique », on assiste depuis 2001 à un relatif engouement des grandes entreprises, en lien avec la promotion du « management de la diversité« , dans lequel l’égalité femmes-hommes est souvent englobée, mais de manière plus encadrée que d’autres motifs de discrimination. Dans cette communication, nous montrerons à partir d’une monographie d’une grande entreprise du CAC40 sur la longue durée (2004-2014), considérée comme une « championne de l’égalité » (label égalité en 2007 et label diversité en 2012), quels sont les effets pratiques de cette « managérialisation de l’égalité« , qui peut aller jusqu’à une « financiarisation de l’égalité » (avec des enjeux de notation sociale). Cette retraduction de l’égalité dans une rhétorique managériale intégrant des enjeux de performance et business a pour double effet de promouvoir une vision de l’égalité libérale et élitiste (accès limité de quelques femmes « de talent », ie de grandes écoles, aux postes à responsabilités), mais aussi de rendre certains enjeux secondaires ou inaudibles (condition des femmes non-cadres ou des salariées de filiales, notamment en contexte de restructurations). L’égalité est donc en « restructurations » à double titre : le contenu même des politiques d’égalité dans les grandes entreprises se transforme, mais surtout ces politiques ne se déroulent pas hors-sol, mais souvent en contexte de restructurations, avec des effets structurels liés aux stratégies économiques qui peuvent aller à l’encontre des belles orientations affichées par les responsables égalité et diversité.

Son intervention s’appuie sur un article publié avec Cécile Guillaume dans la revue Sociologie du travail : « Les carrières des cadres au coeur des restructurations : la recomposition des effets de genre ? » (n° 51, 2009, pp. 275-299).

L’article se trouve ici : ST_Pochic Guillaume

Lieu : salle des séminaires, MSH de Dijon, Esplanade Erasme, Campus universitaire.

Horaire : 10h-12h.

Entrée libre.

 

Rencontre avec Emmanuelle ZOLESIO – Emission de sociologie – Radio Dijon Campus (92.2)

LUNDI 12 MAI 2014

ENTRE 9H ET 10H

EMISSION DE SOCIOLOGIE

SUR RADIO DIJON CAMPUS (92.2)

 

« Ben quoi ? Les chirurgiens n’opèrent pas avec leur queue ! »*

Des femmes dans un «métier d’hommes»

*Propos d’une enquêtée d’Emmanuelle Zolesio

0WrpYRmJAg=@orange!cid_wxIn1tmik94DDgtUMa5IalyfhYU=@orange 

Une thèse sur les femmes chirurgiens, voilà le défi que s’était lancée Emmanuelle ZOLESIO, aujourd’hui docteure en sociologie rattachée au laboratoire ACTé (Clermont-Ferrand) et associée au Centre Max Weber (Lyon). Un focus sur ses travaux s’imposait…

Comment les femmes sont elles socialisées au milieu professionnel de la chirurgie ?

A quoi ressemble leur quotidien au cœur de cette profession hautement structurée par la virilité ?

Vous pouvez également nous écouter en direct ou en replay sur le site de Radio Dijon Campus, rubrique  »Podcast », rubrique  »sociologie ».

Parution de l’ouvrage de Ludovic Gaussot : Pensée sociologique et position sociale. L’effet du genre et des rapports sociaux de sexe (PUR, 2014)

arton34024e de Couverture : 1395754738_doc

Sommaire de l’ouvrage : 1395754730_doc

Introduction de l’ouvrage :1395754720_doc

Plus d’information et commande ici :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3454

Séance n° 6 – 11 avril 2014 : Emmanuelle Zolesio

zolesio-386ecPour cette avant dernière séance annuelle du séminaire « Actualité des études de genre », nous avons reçu Emmanuelle Zolesio (Acté, Université Blaise Pascal) dont l’intervention était intitulée « Genre et approche dispositionnaliste. Aspects théoriques et méthodologiques à travers l’étude des femmes chirurgiens ».

Résumé de la séance :

L’objectif de cette séance sera de présenter comment l’approche dispositionnaliste traite la question du genre, tant théoriquement qu’empiriquement. Il s’agira notamment de développer quelques aspects présentés dans un article dans la revue Interrogations qui s’intitulait « Dispositions masculines, dispositions féminines ». Cet article se penchait sur les usages de la notion de « disposition » notamment dans le cadre des dispositions sexuées et invitait à la rigueur pour que cette expression ne devienne pas rapidement une coquille vide. L’emploi des guillemets pour parler de dispositions « masculines » ou « féminines » nous semble indispensable pour éviter de naturaliser la notion et pour rappeler qu’il s’agit bien de dispositions socialement construites comme féminines ou masculines. Il s’agissait ainsi d’inviter à objectiver le plus finement possible le type de dispositions auquel on a affaire et à les nommer. Cet article avait donc pour but de donner quelques fondements pratiques pour les étudiants quant à l’analyse des dispositions genrées – concept clé de l’approche dispositionnaliste. Il s’agira en outre dans cette présentation de présenter les grands auteurs qui développent la question du genre dans une approche dispositionnaliste et d’en illustrer le propose à partir de la recherche menée sur les femmes chirurgiens, publiée aux PUR en 2012.

L’article en question est disponible à l’adresse suivante :

http://www.revue-interrogations.org/Dispositions-feminines

 

Journée d’étude Transversales

Jeudi 10 avril, j’ai présenté les résultats de ma thèse consacrée à la carrière des femmes élues en Bourgogne dans le cadre des journées d’étude Transversales organisées par le Centre Georges Chevrier (UMR CNRS, UB).

La restitution sonore ici :

http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/13_14/14_04_10.html

 

Programme de la semaine universitaire du droit des femmes (8-16 avril 2014)

Amnesty International – Association des Bibliothécaires de France – Centre Georges Chevrier – Cimeos – Clasches – Le Cri – Délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité de Côte d’Or – Ferc CGT – Snesup FSU – Unef
Semaine universitaire du droit des femmes 

Du 8 au 16 avril 2014

Université de Bourgogne – Campus de Dijon 

Dans un contexte marqué par des menaces sur les droits des femmes et une remise en cause des politiques contre les discriminations sexistes, cette semaine vise à sensibiliser à cette question les étudiants et personnels de l’enseignement supérieur et à témoigner de l’engagement de certains de ses acteurs (associations, équipes de recherche…)

********************


Unef et Amnesty International

Exposition : le sexisme à l’université

8 avril 2014
Hall droit/lettres

Projection du film Darling

8 avril 2014
18h

Amphi Bianqui.

********************

Le Cri

Le système prostitutionnel : où en est-on aujourd’hui ?

9 avril 2014
Conférences débats à 17 h et 19 h
Amphithéâtre Gutenberg – Faculté Gabriel

https://www.facebook.com/events/216950445171505/

********************

Délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité de Côte d’Or

Exposition : les stéréotypes de sexes et l’égalité femmes / hommes

Du 10 au 16 avril
9h-18h
Salle des thèses de la Maison des Sciences de l’Homme

********************

PARI 2013 « Les médiateurs culturels de la jeunesse face au sexisme »

Cimeos (Université de Bourgogne) – Association des Bibliothécaires de France

Quelle lutte contre le sexisme à l’adolescence ?

10 avril 2014
9h-17h
Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme

http://cimeos.u-bourgogne.fr/ressources/projet-pari-shs/52.html

********************

Séminaire « Actualité des études de genre ».

MSH – CGC

Emmanuelle Zolesio (Acté, Université Blaise Pascal)

Genre et approche dispositionnaliste. Aspects théoriques et méthodologiques à travers l’étude des femmes chirurgiens.


11 avril 2014
10 h-12 h
Salle des séminaires de la Maison des Sciences de l’Homme.

********************


CLASCHES
Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement sexuel dans l’Enseignement Supérieur

Comprendre et combattre le harcèlement sexuel à l’université


15 avril 2014
12h30 à 14 h
Amphi Eicher – pôle AAFE

http://clasches.fr
https://www.facebook.com/clasches.collectiffeministe

Séance n° 5 – 21 mars : Julie Canovas, « L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones »

La prochaine séance du séminaire Actualité des études de genre aura lieu vendredi 21 mars. Nous recevons à cette occasion Julie Canovas (CREDESPO, UB) dont l’intervention porte sur :
L’épistémologie écoféministe inspirée des cosmovisions autochtones : au-delà des dualismes et des rapports de domination.

Résumé :

La multiplication des travaux relatifs aux liens unissant les mouvements écoféministes et autochtones met en lumière l’émergence d’une épistémologie alternative fondée sur la remise en cause des postulats de la rationalité occidentale à l’origine du processus d’oppression des femmes et de destruction de la Nature. A partir du constat suivant, posé par le philosophe Carlos Lenkersdorf, « la logique, les modes de pensée et d’argumentation ont des limites et ne sont pas universels, comme nous le pensions auparavant », certains courants écoféministes vont proposer d’autres principes liés à une conception du monde différente de celle adoptée par l’ordre mondial actuel. Dans ce processus, déconstruire le système de pensée dualistique s’avère primordial pour les écoféministes afin d’introduire d’autres modalités de la connaissance, reposant sur la compatibilité, voire la complémentarité, au lieu de l’opposition. Cette dynamique implique de cibler la dialectique hiérarchisation-domination omniprésente et intériorisée comme le principal mode de perception de l’altérité au sein du système dominant. L’articulation entre les mouvements écoféministes et autochtones, unis par une approche holistique, s’avère essentielle afin de souligner la convergence de l’ensemble de ces acteurs autour d’une logique écocentrée fondée sur les notions de responsabilité, de réciprocité, de « care » et de « bien vivre ».

Le séminaire se déroule à la MSH de Dijon, salle des séminaires (RDC), de 10h à 12 h. L’entrée est libre.

Séance n° 4 – 21 février : Ludovic Gaussot, Les sciences sociales au prisme du genre

Vendredi 21 février 2014, nous avons reçu Ludovic Gaussot qui nous a présenté ses récents travaux consacrés au genre dans les sciences sociales.

Un ouvrage consacré au sujet, issu de son HDR, paraîtra d’ici quelques semaines aux Presses universitaires de Rennes.

Vous pouvez retrouver son intervention ici :

Etudes de genre : des attaques insoutenables

Suite à la récente polémique à l’égard de la « théorie du genre » introduite dans l’ABCD de l’égalité, le milieu universitaire se mobilise pour défendre cette perspective de recherche contre ses détracteurs.

Une pétition est en ligne à l’adresse suivante : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2014N45876.

Initiée par des chercheur-e-s de l’Université de Strasbourg, elle appelle au soutien envers cette perspective de recherche et à la constitution de comités universitaires partout en France.

D’autres groupes de chercheur-e-s ont déjà réagi, à l’instar du RING (réseau d’études de genre). Leur position a été relayée dans Médiapart : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/060214/le-genre-un-outil-pour-legalite.

Enfin, une tribune de chercheur-e-s a été publiée jeudi 6 février dans le quotidien Le Monde, au sujet du volte-face du gouvernement : http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/02/06/theorie-du-genre-desolante-capitulation-gouvernementale_4361045_3232.html.

Plus d’informations sur le délitement du soutien des ministères à l’égard des études de genre ici : Article Médiapart Recul des ministère sur le genre.

Les récentes polémiques ne sont permettront pas de combler le retard historique et la fragile légitimité des études de genre dans le domaine de la recherche en France.

 

Programme “Penser le genre en contexte postcolonial”

Présentation du programme de l’UMR Thalim / Ecritures de la modernité, CNRS/Paris 3 (Plus d’informations ici : http://genreurope.hypotheses.org/634)

Voici un programme de recherches porté par Anne Castaing dans le cadre de l’UMR Thalim/Ecritures de la Modernité, CNRS/Paris 3.

Ce programme se propose d’interroger la construction des discours, des représentations et des identités de genre dans le cadre de cultures postcoloniales, et d’examiner en parallèle les singularités culturelles et historiques du genre et de sa formulation.

A la fin des années 1980, la mise en question de l’universalisme de certains discours féministes a permis de repenser les catégorisations arbitraires établies et d’étendre la quête de la spécificité à une dimension extra-européenne. Celle-ci incite dès lors à intégrer de façon systématique les données culturelles, géographiques et historiques à toute réflexion sur les femmes, leurs représentations et le patriarcat, et plus largement, sur le genre. Chandra Talpade Mohanty (1991) appelle ainsi à une « décolonisation du genre » et une « reconnaissance des différences », Adrienne Rich (1984) à une « politique (et donc, une pensée) de la localisation », quand Gayatri Spivak (1988) dénonce la façon dont l’Occident colonise l’hétérogénéité de l’expérience de la « Femme du Tiers-Monde » et accapare son discours. De fait, si ce type de travaux ouvre le champ de la pensée postcoloniale aux questions de genre, ils permettent à la fois de repenser le féminisme comme discours racé et historicisé, de mettre en évidence la sexuation de la colonisation et du nationalisme (voir aussi Stoller 2013 ou Chatterjee 1993) et dès lors, d’offrir un espace d’expression à la différence, de « laisser parler le subalterne », comme le propose, dans le champ indien, les études subalternes. D’où l’importance, dans ce projet, d’interroger le genre au prisme de la création, du langage, mais également des pratiques sociales et culturelles (Grodzins Gold & Goodwin Raheja, 1994), où se formulent la complexité des identités et des cultures du genre. Cette perspective permettra également d’interroger l’histoire subalterne qu’est l’Histoire des Femmes, plus problématique encore qu’elle s’inscrit dans un contexte où les discours des femmes sont doublement subalternisés, doublement colonisés.

Ce programme s’inscrit ainsi dans une perspective pluridisciplinaire puisqu’il invite à une réflexion croisée sur l’histoire, le genre et la culture, réflexion essentielle dans un contexte de cristallisation des identités et d’uniformisation des cultures. En outre, la difficile émergence en France des études postcoloniales, de même que la suspicion hexagonale pour les études de genre (incarnée dans l’expression douteuse « Théorie du genre/des genres ») incitent plus encore à creuser des questions qui heurtent une histoire coloniale et intellectuelle française (voir Dorlin 2006), et à rassembler des travaux, des discours et des disciplines autour d’une question commune.

En écho aux réflexions de l’axe “Genre” du LabEx EHNE, ce programme comprend deux volets :

Le premier volet concerne le lien entre genre et colonisation et genre et nation. Il s’intéressera à la représentation de l’ « Autre » (Femme et/ou Tiers-Monde, voir Said 1978, Dorlin 2006), de même qu’aux modes d’expression et aux « histoires » subalternes. On pourra en outre s’interroger sur les modes de représentation du genre dans le cadre d’une culture de contact, pour repenser les catégories de genre dans un contexte d’identités « hybrides » (Bhabha, 1994). Parallèlement, la question de « nation genrée » permettra de se pencher sur celle de la nationalisation des corps, de même que sur la problématique des sexualités en contexte postcolonial.

Le second volet s’intéressera aux spécificités et aux performances culturelles du genre, de ses représentations et de ses discours. On pourra notamment s’interroger sur les concepts clé des discours féministes occidentaux (patriarcat, identité de genre, sexualités, transgenre, féminisme), sur la diversité des discours du féminin et sur les pratiques genrées dans des contextes comparés (le port du voile, par exemple). On pourra de même s’interroger sur la variété des identités genrées et leur formulation, ainsi que sur les performances culturelles (dans le champ des pratiques, de la langue, de la création) du genre dans différents contextes.

Pour explorer ces questions, nous souhaitons former un groupe de travail autour de réunions informelles, qui permettront de mettre en place :

– un colloque en novembre 2014, intitulé « Ecrire et penser le genre en contexte postcolonial », donc spécifiquement organisé autour de la question postcoloniale ;

– un séminaire à compter de janvier 2015, intitulé «Performances culturelles du genre », plus globalement centré sur de la question des performances culturelles du genre et de sa représentation.

Contact

Anne Castaing

annecastaing@yahoo.fr

Bibliographie

Homi Bhabha, Les Lieux de la Culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, (1994) 2007.
Partha Chatterjee, The Nation and its Fragments. Colonial and Postcolonial Histories, Princeton, Princeton University Press, 1993.
Elsa Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006.
Ann Grodzins Gold & Gloria Goodwin Raheja, Listen to the Heron’s words. Reimagining Gender and Kinship in North India, Berkeley, University of California Press, 1994.
Chandra Talpade Mohanty “Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses”. Dans Thirld World Women and the Politics of Feminism, Chandra Talpade Mohanty, Anne Russo et Lourdes Torres (dir.). Indianapolis: Indiana University Press, 1991.
Adrienne Rich, “Notes Towards a Politics of Location”, in Reina Lewis & Sara Mills (dir.), Feminist Postcolonial Theory: A Reader, New York, Routledge, (1984) 2003.
Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, (1978) 2003.
Gayatri C. Spivak, “Can the Subaltern Speak?”, in Laura Chrisman et Patrick Williams (dir.), Colonial Discourse and Post-Colonial Theory: A Reader, New York, Columbia University Press, (1988) 1994.
Ann Stoler, La Chair de l’empire. Savoir intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, (2002) 2013.

Emission de sociologie Radio Dijon campus : « La mixité à l’école »

Voici l’émission de sociologie, suite au séminaire du 20 décembre 2013 où nous avons reçu Marie Duru-Bellat (à partir de la 11e minute) :

 

Culture Scientifique Sociologie : Émission du 27-01-2014:09h00

Date 27-01-2014

La mixité à l’école : Quels enjeux et quels effets sur la performance et l’identité genrée des élèves?

q4rpVblVu0ZcXU=@orange

Le séminaire « Actualité des études de genre », organisé par Maud  Navarre, docteure en sociologie et Georges Ubbiali, maître de conférences à l’Université de Bourgogne, a été l’occasion de recevoir Marie Duru-Bellat, professeure émérite de sociologie à Sciences-Po Paris. Cette conférence inédite, qui a eu lieue le 20 décembre 2013 à la Maison des sciences de l’Homme de Dijon, a porté sur la question du système scolaire, et notamment de la mixité garçon/fille à l’école.

 

A partir d’extraits issus de l’intervention de Marie Duru-Bellat, sociologue spécialiste des questions de genre, Myriam et Marine discuteront le mythe de l’égalité fille/garçon, supposée par l’instauration des écoles mixtes dans les années 1960 en France. Les témoignages éloquents d’enseignants et d’élèves, décrivant les réalités quotidiennes du système scolaire, viendront alimenter la discussion.

 

Nous tenions particulièrement à remercier Marie Duru-Bellat de nous avoir permis d’enregistrer son intervention du 20 décembre 2013 à la MSH de Dijon, ainsi que Maud Navarre, organisatrice du Séminaire « Actualité des études de genre » pour la gestion de l’enregistrement.

 

Un grand merci à Florence Joly, professeure de mathématiques et de sciences physiques au lycée Hippolyte Fontaine de Dijon; Julie, professeure des écoles; Alexandre, élève de CE2 et Tito, élève de 6ème, pour leur accueil chaleureux, leur gentillesse et la sincérité de leurs propos. Leurs témoignages ont largement contribué à l’intérêt et la réalisation de cette émission.

 

Pour les curieux :

 

Ouvrages et articles académiques

 

*M. Duru-Bellat, « Les adolescentes face aux contraintes du système de genre », Agora Débats / Jeunesse, n°64, 2013/2

 

*M. Duru-Bellat & A. Van Zanten, Sociologie de l’école, Paris, Armand Colin, 2012 (4ème édition)

 

*S. Dauphin & R. Sénac (dir.), Femmes-hommes : penser l’égalité, Paris, La documentation française, 2012

>Vous trouverez notamment, à l’intérieur de cet ouvrage collectif, un super texte de Marie Duru-Bellat : « L’école sexiste par abstention? Production / reproduction des stéréotypes sexués : quelle responsabilité de l’école mixte? »

 

*D. Dulong, C. Guionnet, E. Neveu (dir.), Boys don’t cry! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012

 

*M. Duru-Bellat, « Ce que la mixité fait aux élèves », Revue de l’OFCE, n°114, 2010/3

 

*C. Monnot, Petites filles d’aujourd’hui. L’apprentissage de la féminité, Paris, Editions Autrement, 2009

 

*M. Duru-Bellat, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux?, Paris, L’Harmattan, 2004 (1990)

 

Sites internet

 

* http://actugenre.hypotheses.org/

 

>Site internet du Séminaire de sociologie « Actualité des études de genre » : compte rendu des anciennes interventions et infos sur les prochaines séances + des infos sur l’actualité locale, nationale et internationale des études de genre.

 

*http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde-le-debat/vod/153898-education-la-gauche-peut-elle-relever-le-niveau

 

>Emission de décembre 2013.

Interventions de Marie Duru-Bellat à propos de l’enquête PISA  sur l’évaluation des systèmes éducatifs dans le monde sur la chaîne parlementaire (LCP).

 

Pour en savoir plus sur le rapport PISA de 2012 :

 

*http://www.cndp.fr/savoirscdi/fileadmin/fichiers_auteurs/Info/PISA-2012-results-overview-FR.pdf

 

>Principaux résultats de l’enquête PISA 2012

 

*http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/12/03/classement-pisa-la-france-championne-des-inegalites-scolaires_3524389_1473688.html

 

>Article du journal Le Monde : « Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires » (décembre 2013)

 

 

Pauses musicales

 

*Au Bonheur des Dames, « Oh les filles! » (extraits)

*Beau Catcheur, « Comme un garçon »

*Juliette, « Garçon manqué »

Voix du jingle :

« Il parait que la sociologie est un sport de combat » : Antoine (merci Antoine!)

Pierre Bourdieu : Extrait du film La sociologie est un sport de combat réalisé par Pierre Carles

 

Cette manifestation, organisée par l’association bourguignone « Femme Egalité Emploi » (FETE), a pour objectif d’ouvrir les horizons professionnels des jeunes filles en cours d’orientation et des femmes en projet de reconversion, en leur présentant des métiers peu féminisés. Ces métiers sont présentés par des femmes qui les exercent.

 

Lieux et horaires du « Carrefour des carrières au féminin » dans les 4 départements bourguignons:

 

*Le samedi 1er février 2014 à Dijon – Salle Devosge de 9h à 12h

 

*Le samedi 8 février 2014 à Nevers – Centre des Expositions de 9h à 12h

 

*Le samedi 8 février 2014 à Appoigny – Espace Culturel de 9h30 à 12h30

 

*Le vendredi 21 mars 2014 à Chalon-sur-Saône – Salons du Colisée de 13h30 à 17h30

Emission de sociologie 27 janvier Radio campus suite à l’intervention en séminaire de Marie Duru-Bellat

LUNDI 27 JANVIER 2014

ENTRE 9H ET 10H

ÉMISSION DE SOCIOLOGIE

SUR RADIO DIJON CAMPUS (92.2)

La mixité à l’école :

Quels enjeux et quels effets sur la performance et l’identité genrée des élèves ?

q4rpVblVu0ZcXU=@orange

A partir d’extraits issus de la conférence donnée par Marie Duru-Bellat, sociologue spécialiste des questions de genre, à la MSH de Dijon le 20 décembre 2013, Myriam et Marine discuteront le mythe de l’égalité fille/garçon supposée par l’instauration des écoles mixtes dans les années 1960 en France. Les témoignages d’enseignants et d’élèves, décrivant les réalités quotidiennes du système scolaire, viendront alimenter la discussion.

Vous pouvez également nous écouter en direct ou en replay sur le site de Radio Dijon Campus, rubrique  »Podcast »,  »culture scientifique sociologie ».

Séance n° 3 : Natacha Chetcuti – Égalité des genres, émancipation sexuelle et conflit des interprétations du principe de laïcité en France

Vendredi 17 janvier, nous avons reçu Natacha Chetcuti (post-doctorante GTM-CRESPPA). Son intervention a porté sur une étude en cours, consacrée aux représentations de la laïcité dans les mouvements féministes contemporains.

Ci-dessous son intervention en intégralité :